Magazine Été 2019

Magazine L’Affût Été 2019

Été 2019

Édito

Le décret fondateur du ministère des Affaires culturelles a été publié au Journal officiel le 24 juillet 1959. Rédigé par Malraux lui-même, le texte donne à ce ministère la « mission de rendre accessibles les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de Français, d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel et de favoriser la création de l’art et de l’esprit qui l’enrichissent ». Le soutien à la création, la préservation du patrimoine et la démocratisation culturelle sont donc les trois piliers fondateurs de notre politique culturelle. Parallèlement, se mettait en place un Haut-commissariat à la Jeunesse et aux Sports, traduisant de fait une séparation de la culture et de l’éducation populaire.

Depuis, les trois générations d’acteurs culturels qui se sont succédées ont envisagé la structuration du champ artistique et culturel dans une dimension bien souvent réduite à un prisme esthétique, une politique de l’offre ou un enjeu d’animation du territoire.

Ce choix politique du début de la Ve République a profondément marqué l’organisation sociale et culturelle de notre pays et a favorisé des systèmes d’opposition: créateur/animateur, culture savante/culture populaire, création/créativité etc. 60 ans après, on retrouve régulièrement dans des débats, discours et publications cet héritage. Notre ADN se révèle en partie constitué par ces clivages.

Cette rapide analyse historique serait fausse si on s’arrêtait à cette vision binaire et linéaire. En effet, nous vivons dans un monde complexe où co-existent de multiples dynamiques. Ainsi, nous sommes nombreux à percevoir que nous vivons un moment de transition historique marqué par l’émergence d’autres systèmes de valeurs, d’autres démarches politiques qui viennent s’articuler aux axes historiques ou les battre en brèche, en tous cas ouvrir de nouveaux horizons.

De nature politique et juridique ou issue d’une approche plus philosophique ou métaphysique, ces démarches visent notamment à promouvoir la démocratie culturelle et les droits culturels, désormais inscrits dans la loi NOTRe et Liberté de création, architecture et patrimoine (LCAP). Il s’agit donc à présent de repenser nos référentiels, sans doute même nos logiciels, de façon à mieux faire humanité, mieux faire culture ensemble.

C’est ce choix fort qui a été fait par la Région Nouvelle-Aquitaine. Il revient désormais aux autres composantes de notre éco-système de se mobiliser pour qu’adviennent de nouvelles perspectives de politiques publiques davantage porteuses d’avenir.

Thierry Szabo

Directeur, L’A. Agence culturelle Nouvelle-Aquitaine

Scènes & Lieux

Le Champ de Foire

Le Champ de Foire

Partager